At the bottom of this article, you will find the translation into the other working languages of the ILO.

Une bonne amie ;

Une mère, une épouse, une fille, une sœur, une tante formidable ;

Une personne merveilleuse et belle qui a influencé positivement de nombreuses vies, dont certaines au sein de l’OIT ;

Une intellectuelle, passionnée par toute une série de sujets, de l’art à l’avenir du travail ;

Une avocate, fervente défenseuse des droits des travailleurs ;

Un collègue fantastique qui se concentre toujours sur le positif ;

Une survivante d’un accident.

Je vous présente Maria Marta Travieso, que beaucoup au BIT considèrent comme une bonne amie. Après un grave accident qui a eu d’énormes répercussions sur sa santé, elle a repris contact avec le personnel du BIT par le biais de l’article ci-dessous. Cet article a été écrit par elle-même pour partager l’histoire de ce qui lui est arrivé avec ses propres mots, illustrant la façon dont elle se perçoit désormais dans le monde.

Maria Prieto, amie et collègue

Présentation du personnage principal

Présentation de Pampa

Présentation de la situation

L’accident

Principales conséquences

L’hôpital

Drize

Mon désir de rentrer chez moi

Rentrer chez soi

Maria Marta est avocate et travaille (P4) au Bureau international du Travail. Elle est mariée et a trois filles (Eugenia, 28 ans, avocate, Eva, 25 ans, médecin, et Lucia, 19 ans, qui a passé un an en Allemagne et étudie maintenant l’analyse artistique). Maria Marta fait beaucoup de gymnastique.

Elle se promène tous les jours, dès qu’elle se lève, avec sa chienne Pampa. Chaque jour, elles empruntent des chemins différents (Veyrier, Sierne, le bord de la rivière, les champs). Pampa est une bearded collie. Elle est très bonne.

Un jour, Maria Marta et Pampa sont sorties à Veyrier et Maria Marta a été renversée par une voiture qu’elle n’a même pas vue. Une ambulance l’a emmenée à l’hôpital. Elle est restée inconsciente pendant plusieurs mois. Elle s’est finalement réveillée mais il lui a fallu beaucoup de temps pour reprendre pleinement conscience. Elle a été opérée de la colonne vertébrale, du genou et du visage. Chirurgie esthétique. Elle a été hospitalisée pendant de nombreux mois. Le BIT, où Maria Marta travaille, l’a obligée à démissionner parce qu’elle n’avait pas repris le travail depuis longtemps. Maria Marta est en procès avec le conducteur de la voiture qui l’a renversée.

Maria Marta a passé plusieurs mois à l’hôpital, puis dans une maison de repos appelée Drize, où elle a fait beaucoup de progrès après avoir subi de nombreux examens.

Maria Marta ne peut pas boire de liquides car elle risque de s’étouffer. Elle boit des liquides qui ont été épaissis et prend plusieurs médicaments. Elle ne peut pas marcher, elle se déplace en fauteuil roulant. Deux kinésithérapeutes l’entraînent à marcher. Maria Marta fait tout pour rentrer chez elle. Elle rêve de pouvoir marcher pour son anniversaire de mariage.

Chaque année, sa famille vient. Ils marchent beaucoup et choisissent à chaque fois un endroit où voyager. Une année, ils sont allés à Paris et ont visité le Louvre. Tous les soirs, ils allaient dans un bar et buvaient de la bière. Maria Marta a acheté à Paris beaucoup de vêtements et de cadeaux pour ses filles et son mari. Souvent, sa famille et elle ont dîné dans un restaurant très fréquenté.

Le 6 mai, cela fera 30 ans qu’elle s’est mariée. Les kinésithérapeutes pensent que, d’ici à cette date, elle ne pourra pas encore marcher. Eva est la personne qui s’occupe de Maria Marta mais une fois elle se sont disputées parce qu’Eva n’acceptait pas que Maria Marta ne prenne pas un médicament qui était destiné, d’après ce que Maria Marta avait lu sur l’ordonnance, aux personnes psychologiquement instables.

En avril, Maria Marta est rentrée chez elle. Elle se dispute beaucoup avec Juan, son mari. Avant l’accident, ils ne se disputaient jamais. Juan a fait aménager leur maison pour que Maria Marta puisse y revenir. Il y a deux assistantes qui sont là de midi à huit heures. Une psychiatre vient une fois par semaine. Une fois, toutes les personnes qui sont en contact avec Maria Marta se sont réunis pour échanger leurs expériences avec elle. Maria Marta a dit à cette occasion qu’elle ne voulait pas prendre ce médicament. La psychiatre lui en a proposé un autre qui est autorisé en France. La psychiatre a apporté l’ordonnance pour ce médicament un jour où Maria Marta était avec des amis.

Maria Marta prend soin d’elle. Elle a trouvé un vieux cahier de recettes, de l’époque où il n’y avait pas d’internet. Maria Marta a pu ainsi préparer un gâteau sucré à la ricotta et a trouvé dans ce cahier d’autres recettes pour les déjeuners.

Maria Marta va suivre un atelier spécialisé pour les personnes handicapées, le “Foyer Handicap”. Le lundi, elle pratique la parole, le mardi le chant, le jeudi la peinture. Elle copie les tableaux de son père, qui était peintre. On lui a dit qu’y avait de la place dans d’autres ateliers, en particulier l’atelier de cuisine le jeudi. Maria Marta doit donc changer de date pour peindre.

Maria Marta lit et écrit son journal, et fait de la kinésithérapie et de la logothérapie tous les jours. Elle promène Pampa.

La psychiatre est venue. Les médicaments prescrits par la psychiatre ne sont pas arrivés. Depuis, Maria Marta est dépressive.

Maria Marta s’est rendue à la remise du diplôme de médecine de sa fille Eva et elles sont allées déjeuner pour fêter l’événement. De retour chez elle, elle a vu une photo d’Eva lorsqu’elle était petite fille et a dit à Juan que cette petite fille était maintenant médecin.

Maria Marta a écrit un récit sur l’accident qu’elle a subi.

Version anglaise (deepl): here

Spanish version (deepl): aquì

 “Note from the Administration: Our colleague Maria Martha Travieso remains to date an ILO staff; she was awarded a temporary disability by the UNJSPF given her medical condition but maintains a right to return to an ILO position,  her health conditions permitting.”

4 thoughts on “Des nouvelles d’une amie: Maria Marta Travieso”
  1. Maria Marta,
    On n’oubliera jamais ton sourire … tes yeux rieurs! Tu as été un collègue incroyable. Toujours un mots pour « cultiver » l’amitié.
    Je t’ai gardé comme amie et ta force est un exemple pour nous tous.
    Je félicite le syndicat pour cet espace qui t’es dédié. Tu es une inspiration pour nous toutes et tous et je suis fière de l’amitié que nous nous portons toujours.

  2. Chère Maria Marta,
    je ne crois pas vous connaître autrement que par des regards croisés dans le couloir, de temps en temps. Mais votre témoignage m’a bouleversé. On y comprend que l’essentiel n’est pas l’accident, mais la lutte quotidienne pour réduire ses conséquences. Je vous remercie vivement de cette expérience de vie, et surtout d’avoir eu la force de la partager avec une telle authenticité. C’est une leçon pour nous autres, je crois. Et j’espère de tout coeur que ce combat sera victorieux : il l’est déjà, d’une certain façon, puisque vous en faites cadeau aux autres.
    Bon courage à vous tous, qui n’en manquez pas. Je vous embrasse.

  3. Dear Maria Marta,

    I’m sitting here, taking part in this meeting, with my heart squeezed by the surprise of this news.

    Colleagues, what do you mean???? Maria Marta???? No-one to tell me????

    Querida Maria Marta,
    I haven’t seen you for a long time and I never knew what had happened.
    You were always present in the dialogue, in your vision, in your fair presence.
    So, Maria Marta, these are my words of affection and thanks.
    I’m here and I’ll be wherever you want me for a hug and whatever you need.
    There are people who go beyond challenges. And you will always be an example of the best of Humanity!

    Patricia Rangel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *